Carrefour et ses clients : le prix de la torture mais pas que ...

Publié le par Orion56

Carrefour, et Auchan, ajoutent des dispositifs curieux à l'intérieur des paquets de café Carrefour, et Auchan, ajoutent des dispositifs curieux à l'intérieur des paquets de café

Carrefour, et Auchan, ajoutent des dispositifs curieux à l'intérieur des paquets de café

Carrefour et ses clients : le prix de la torture mais pas que ...

Tenter de faire ses courses chez Carrefour n'est pas une mince affaire.

La torture a débuté dès mon réveil à 3 heure du matin pour perdurer jusqu'à 10 heure du matin, avec un pic violent pour mon jogging matinal. La DGSE avait décidé de frapper fort. Tous ceux présents dans ma résidence pensaient que j'allais être exfiltré très tôt ce matin. Je n'ai jamais vu autant de voisins sur le pont dès 3-4 heure du matin...

Alors, pourquoi ne pas continuer puisqu'ils avaient prévu de nombreux ... points de torture pour la journée. Passage obligé au distributeur BNP car je n'avais plus de liquide, ce qu'ils savaient depuis plusieurs jours. Je me suis clairement fait agressé par les agents de la DGSE alors que je tentais de retirer du cash. Mon code saisi, le montant choisi - 90 euros - je récupère ma carte sans billets ni ticket, pas même celui légal de l'opération annulée. Deuxième essai pour voir les étoiles correspondantes aux numéros de mon code s'afficher avec moulte retard. Opération annulée sans que je puisse avoir la possibilité d'accéder à mes comptes, comme tout client de la BNP. Je patiente, caché, pour me faire sérieusement agresser par les agents de la DGSE. De retour devant le distributeur, je patiente pour vérifier si celui-ci fonctionnait pour une cliente. Le distributeur fonctionnait parfaitement. Je gage que la BNP n'a pas apprécié l'article de Libération que j'ai publié sur Facebook et qui mentionne une nouvelle condamnation récente de cette banque. Sans doute n'est-il passé qu'au deuxième essai de publication - ce dont je ne sis pas sûr, comme les quatre autres articles de ce matin, particulièrement gênants puisqu'ils n'émanaient pas de moi (vidéos d'interview, articles de presse...). Conclusion : BNP/ DGSE, même combat. Même schéma avec la Société Générale. Heureusement, d'autres banques ne participent pas aux opérations.

Le clou devait venir de Carrefour, un habitué de la torture et de la vente de produits frelatés aux nanoparticules mortelles. Il me devint quasiment impossible de faire mes courses. J'ai repéré trois types qui avaient discuté avec l'un des agents de la sécurité. Il y avait un deuxième agent au début, rejoint par un troisième. Sans doute pensaient-ils qu'ils n'étaient pas assez nombreux face à moi. Bref, une torture sans précédent avec différents mots clés pour différentes douleurs et réactions de ma part. Je quittais le magasin en m'adressant au plus costaud des agents de la sécurité, devant témoins. Je lui demandais d'adresser un message de ma part à Hayot (puisqu'ils ont tous ma photo, mon nom et mon adresse). Celui-ci allait payer très cher la torture qu'il m'avait fait subir dans ce magasin avec les agents de la DGSE. Il le paiera effectivement très cher mais pas d'une manière physique, contrairement à ce qu'il s'échine à me faire régulièrement (pas de martiniquais avec un coupe-coupe pour me couper le cou, comme sur une plage...).

Finalement, le seul moment a peu près tranquille fut lorsque je testais, dans le magasin, le contenu d'un paquet de café éthiopien, ainsi que j'en avais acheté un chez Auchan. Au toucher, il contenait un curieux dispositif qui n'existait pas avant. On peut voir un paquet de café identique du Costa Rica avec ce nouveau dispositif à l'intérieur. Assurément, les premiers paquets achetés pour ce type de café ne contenaient pas ce curieux dispositif. D'autant que le café ne supporte pas la moindre humidité. A quoi sert-il donc, si ce n'est à diffuser quelques substances néfastes. D'ailleurs, depuis que je me fais du café frais avec un paquet contenant ce dispositif, j'ai régulièrement de fortes douleurs stomacales. 

Chers clients, vous voilà averti.

Martial Messier

 

Commenter cet article