QUI SUIS-JE POUR BENIR LE COUPLE MACRON, CE QUE MACRON M'A DEMANDE !!!

Publié le par Orion56

QUI SUIS-JE POUR BENIR LE COUPLE MACRON, CE QUE MACRON M'A DEMANDE !!!

 

Souvenez-vous du fameux entretien téléphonique, avec visio-conférence, que j'ai malheureusement eu avec JC Marouby et Macron, celui dont l'enregistrement a été supprimé de mon téléphone portable mais dont nous avons copie(s).

1- La validation, puis la bénédiction du couple Macron.

Dans l'entretien téléphonique, Macron me demandait mes conseils, que je ne voulais pas donner, sachant qu'il avait déjà tout décidé même les points pour lesquels j'étais contre. Il sera allé encore plus loin pour me parler de son couple et de sa femme. Je ne connaissais absolument rien d'elle, pas plus que sur lui. Il m'expliqua alors qu'elle avait plus de 20 ans de plus que lui et il souhaitait - ardemment - que je valide son couple !?

J'avais beau répondre que je ne me mêlais jamais des couples des autres, rien n'y faisait. Il me demanda alors ce que je pensais de cette différence d'âge, elle bien plus âgée que lui avec ses enfants, alors que lui n'en avait jamais eu avec elle. J'ai répondu que ce qui se rencontre dans beaucoup de pays correspond à une situation où  l'homme est plus âgé que la femme avec laquelle il vit. C'est vrai dans de nombreux pays asiatiques, où cela en une coutume acceptée, voire refusée, mais c'est vrai aussi dans les pays occidentaux, comme cela pouvait se passer au Moyen-Age. De nos jours, il est bien plus souvent question d'argent que d'amour, quoi que l'inverse est vraie aussi (clin d'œil à Johnny pour le dernier cas). Macron n'en démordait pas, il voulait que je valide son couple. J'ai bien évidemment refusé puisque je n'ai pas à m'immiscer dans les relations amoureuses, ou pas, des autres. Il est allé jusqu'à me demander de "bénir" son couple ! Vous avez bien lu, comme je l'ai bien entendu avec JC Marouby insistant aussi pour que je le fasse. Ma réponse fut claire : je n'ai pas à bénir de couple car c'est au curé, voire au Pape, de bénir une union. En aucun cas je ne ferais une chose pareille, encore moins en ne connaissant aucune des deux personnes formant le couple. Quelque peu déconfit, Macron évoqua alors une homosexualité dont je n'avais jamais entendu parler sur un quelconque des candidats. Je coupais court à cette conversation, quelque peu échaudé par une effarante demande de bénir un couple inconnu par moi.

J'avais immédiatement compris l'objet de cet entretien privé, tandis que les deux larrons étaient dans un bunker sécurisé où de nombreuses "bonnes personnes" seront mortes par leur fait ! L'objet était clairement de me manipuler. Mais de là à tenter à me forcer à valider et bénir un couple, même la programmation sous hypnose qui m'aura empêché de couper la communication n'aura pas été suffisante pour me faire dire une telle chose. Macron aura réussi à manipuler tous les politiques qui me connaissaient, surtout en les empêchant de pouvoir me contacter. Je ne l'ai appris que très tardivement, tout comme j'ai appris qu'il avait fait croire à de nombreuses personnalités que je le soutenais, ce qui était bien évidemment faux. Là encore, personne n'a jamais pu me contacter ... Comment a-t-il réussi la prouesse de connaître autant de monde, en passant par les artistes, la télévision, les hommes d'affaires, de célèbres avocats et bien d'autres, tout un monde qui me connaissait personnellement ou qui appréciait ce que j'avais pu faire. Une seule personne avait réussi à entreprendre cet "aéropage" de personnes que j'apprécie aussi : Brigitte Trognieux, devenue Brigitte Macron. Avant d'aller plus loin sur l'histoire racontée sciemment par le couple Macron à la presse people (Macron me l’avait dit au téléphone …), il me faut revenir à deux points essentiels concernant Macron, ainsi que sa femme.

2- L'art de la guerre sur le long terme ou comment préparer les opinions.

Pour le premier point, il me faut revenir à cette fameuse journée à HEC, ma prestation devant 500 témoins en 2007. J'avais oublié de préciser que tout avait été enregistré durant cette journée, pas uniquement les multiples menaces de Sarkozy, tout à l’exception de mes entretiens privés. J'en ai eu de nombreux. Dont certains avec de grands patrons de groupes qui montaient déjà à l'époque dans l’échelle des sociétés qui comptaient. L'un d'eux n'était autre que Xavier Niel, le patron éponyme d'une belle réussite qu'est Free, qui venait de reprendre les parts du journal Le Monde avec d'autres investisseurs. Il me demanda aussitôt si je connaissais personnellement Macron, qui n'aurait jamais dû avoir une habilitation pour être présent. Ma réponse fut négative et même alarmante puisque j'expliquais que tous mes sens internes étaient en alerte. Il y avait donc grand danger, notamment lié au fait qu'on m'avait fait oublier des choses graves que j'avais surpris avec ce personnage. Niel et d'autres étaient donc alertés mais me confièrent que Macron les avait déjà contacté : l'un en tant qu'actionnaire d'un groupe de presse pour rédiger des articles en sa faveur, les autres pour le soutenir. Dans tous les cas, Macron présentait la situation comme s’il avait mon propre soutien. En conclusion, les patrons devaient se prémunir d'un homme qui pouvait, un jour où l'autre, être d'un grand pouvoir de nuisance pour leurs business ! Faire profil bas en quelque sorte pour un retour à meilleur fortune ultérieurement. Je sais d'ailleurs qu'il en avait été de même avec le patron du Figaro, propriétaire de Dassault aviation que j'avais aidé, avec qui j'ai eu un bref échange sur ce sujet. Libre à lui de choisir le parti qu'il voulait sachant que Macron serait, un jour où l'autre, mon ennemi. Et il l'est bien aujourd'hui pour avoir donné des ordres pour que personne ne puisse me contacter (dans la continuité de Hollande et Sarkozy) et de tenter de me tuer (encore toute cette semaine...).

Le deuxième point remonte à une période plus récente en Métropole pour y avoir rencontré un personnage haut en couleur qui connaissait tout Paris, dans le cadre de dîners animés ou tout simplement pour les affaires. J'y appris que B. Macron recevait aussi le tout Paris et déclarait à ses invités que j'étais le démon, tandis que Macron tentait de rattraper le coup en expliquant que je le soutenais. Mais le personnage n'était pas là pour les "ragots" parisiens. Il me demandait un service pour l'un de ses amis, le Directeur Financier de EDF de l'époque, Thomas Piquenaud. Son adjoint était, lui, bien présent à cette discussion. Ce qui m'était demandé était un conseil. Nous partîmes dans une discussion, véritable démonstration. L'enjeu était de taille puisqu'on demandait à ce directeur financier de valider le projet Hinkley Point : la construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR pour 24 milliards d'euros. Connaissant très bien les déboires d'Areva et d'EDF dans ces centrales dites de nouvelles générations (ce qui n'est pas le cas), j'étais bien placé pour savoir que le coût initial de développement d'une centrale était évalué à 3.5 milliards d'euros (Finlande et Flamanville), pour aboutir à un coût estimé entre 7 et plus de 10 milliards d'euros. On en était déjà à 24 milliards d'euros pour deux centrales, clairement un gouffre financier pour lequel le Royaume-Uni refusera, plus tard, d'augmenter les coûts à appliquer en terme de tarifs aux clients finaux. Le Directeur Financier devait préparer un plan financier, ou argumentaire financier, tout en précisant que les finances d'EDF étaient clairement menacées, ainsi qu'il l'avait déjà évoqué. Si le Conseil d'Administration demandait encore de valider le projet, Thomas Piquenaud était prévenu : le plus haut dirigeant d'EDF lui demanderait alors de faire un habillage des comptes (windows dressing) pour dire les choses poliment. Soit il acceptait, en étant pris pour faire des choses encore moins jolies, soit il démissionnait. L'article joint du Monde vous précise la démission de T. Piquenaud qui aura finalement trouvé un autre job, très clean celui-là. Vous y lirez que Macron, alors Ministre de l'Economie et des Finances, donna ensuite l'aval du gouvernement pour le soutien de ce projet. Clairement, les choses n'ont jamais été correctement faites pour les constructions de ces centrales (qui n'étaient qu'une revisite des centrales existantes à eau pressurisée), que cela vienne d'Areva ou d'EDF. Pourtant, EDF avait su faire à l'époque du tout nucléaire décidé par De Gaulle, en partant de rien ! Déjà, Macron avait dû entendre des sons de cloches sur mes conseils en la matière. On voit bien qu'elle était l'étoffe de ce piteux Ministre de l'Economie (je vous renvoie à un autre de mes articles sur la privatisation d'un aéroport offert sur un plateau à un investisseur véreux chinois, contre la prise en charge financière pour le compte d’un groupe chinois pour le projet en Angleterre).

 

3- Brigitte Trognieux devenue, dès l'adolescence de Macron, Brigitte Macron.

Brigitte Macron avait donc préparé le tout Paris pour que son mari ait des relais dans tous les milieux, y compris intellectuels. Brigitte et Emmanuel ont donc décidé de communiquer à toute la presse people leur histoire, ainsi que Macron me le dit à la fin de mon entretien supprimé de mon téléphone. Je dis bien leur histoire, celle qu'ils ont décidé d'écrire.

C'est là qu'un synopsis de Madame Figaro (cf. lien 1) présente brièvement B. Trognieux avec son futur mari, E. Macron. On la voit en première dame recevoir en simple jean une star de la chanson américaine. Sans aucun doute une marque de respect pour celle qui aura osé interpeller sur tweeter son président de mari. On y apprend aussi qu'il n'y aurait pas de statut de première dame, pourtant débattu récemment, mais une charte de la transparence. Quand on connaît la transparence de Macron, que dire de celle de la première dame qui, en privé, traite de démon et de Satan celui qui se fait torturer sur ordre de son mari, c'est à dire moi.

J'imagine aussi avec quelle transparence leur véritable histoire d'amour a fini par s'enliser dans les méandres de la presse people, à force de ne plus se souvenir du bon scénario. Finalement, ce serait donc bien à 17 ans que leur amour commence. Un amour consommé d'après les sources de Gala (cf. lien 2), puisque, en Province, tout se sait vraiment et rien ne peut y être véritablement caché. Un adolescent pris dans la tourmente d'une femme mariée avec 3 enfants, son aîné de 24 ans. Mais qui était véritablement pris dans la tourmente de l'autre. Tous les sons de cloche de la presse people concourent au même bruit : Brigitte serait l'élégante et raffinée qui séduit tout le monde. A tel point qu'elle déclare dans Voici (cf. lien 3) vouloir tenter d'éloigner ce dangereux séducteur, celle qui avait eu une fêlure existentielle pour partir se marier à l'âge de 20 ans. Macron devait donc partir faire sa terminale S au lycée Henri IV, lui qui prenait des cours de théâtre avec son professeur de français, Brigitte. Lui si incroyable avec ses poèmes qu'elle lisait devant tous ses élèves de province. Je suis donc allé de surprise en surprise. Les autres presses parlaient de bac C, d'autres parlent encore de l'Ecole Normale Supérieure avec une fausse thèse en Philosophie. Brigitte parle encore sur LCI (cf. lien 4) des études d'Emmanuel : hypokhâgne, khâgne, sciences-po et l'ENA. Il a donc fait toutes les études possibles et inimaginables. Je suis donc perdu dans les méandres organisés par Brigitte : un littéraire, brillant bachelier scientifique, reparti vers des horizons plus philosophique avec un zeste d'études politiques.

Brigitte s'occupe donc du réseau de son mari (cf. lien 3), du type d'étude qu'il a pu faire et s'arracherait l'amour de ses propres enfants pour leur beau-frère du même âge. Ils ont mis plus de 10 ans à organiser ce réseau. Les propres enfants de Brigitte évoquent bien volontiers leur inimitié plutôt que leur acceptation d'un beau-père. Toute la presse est au courant de la falsification des études et diplômes d’E. Macron. Il s'agit clairement d'un de ceux à qui on a pu tenter de donner un diplôme, comme certains de ceux que j'ai pu rencontrer à HEC, dans ma petite école ou dans ma faculté. Les derniers de la classe sont, dans ce système, les premiers. On a donc clairement une Brigitte Trogneux qui a tenté de façonner un Macron politique, un homme politique, un homme tout court avant l'âge, un homme fragilisé avant toute chose.

4- Macron le psychopathe, selon une analyse détaillée d'un célèbre psychiatre italien.

Comment fallait-il conclure cet article, avant d'aborder une dernière partie sur ce que j'ai subi dès que j'ai eu un document YouTube en main (cf. lien 5) ? Par la définition de ce qu'est vraiment Macron, un psychopathe, tel que cela peut être défini en psychiatrie. Cette vidéo YouTube a déchainé les passions extrêmes, y compris celles de dénigrement sur un "pseudo-psychiatre" pour les présidentielles. Je suis donc allé chercher pour vous qui il était vraiment. Voici en premier la traduction en anglais d'un site italien (cf. lien 6):

"Adriano Segatori is a psychiatrist-psychotherapist, a member of the "Forensic Psychiatry and Psychiatry Forensic" section of the Italian Academy of Forensic Sciences, PhD in Philosophy of Social Science and Symbolic Communication (Università dell'Insubria - Varese) Political Philosophy at the University of Trieste.

http://mimesisedizioni.it/adriano-segatori/ "

Clairement cette personnalité, éminent psychiatre de l'Académie Italienne, ne peut être mise en doute. Il a d'ailleurs d'autres casquettes dont celle de publier de nombreux livres sur des thèmes variés, objet du dernier lien (cf. lien 7).

Son analyse est basée sur toute la documentation existante en France mais, sans doute aussi, sur un rapport de police gênant. Voici donc ce que nous dit cet éminent psychiatre, en reprenant des éléments de psychiatres américain ou français, comme Lacan :

1- Macron a subi l'agression sexuelle de Brigitte Trogneux à l'âge de 15 ans, alors qu'elle en avait 39, dans le milieu de la bourgeoisie d'Amiens.

2- Pour un problème de type pédophilie, Macron aurait été détruit et serait suivi par les services sociaux et Brigitte serait allée en prison.

3- Macron est définissable comme psychopathe, caractérisé par : - la fascination pour le superficiel, - la capacité d'attraction, - le malaise dans la confrontation.

4- Le psychopathe n'a aucun remord et ne ressent jamais la culpabilité, notamment face aux insultes qu'il a proférées (envers l'environnement social prolétaire qu'il méprise).

5- Conclusion : Macron est dangereux notamment parce qu'il n'aime pas la France et ne lutte pas pour le peuple français.

Adriano Segatori cite même un intellectuel américain : "Les serial killers détruisent les familles alors que les psychopathes en poste au sommet de la politique et de l'économie ruinent les sociétés".

Nous avons donc une Brigitte qui façonne un Macron depuis l'adolescence, en bonne mère nourricière, en lui préparant son réseau (elle pour m'insulter, lui pour dire que je le soutiens), en organisant les défenses (cf. mon article décrivant sa crainte du costumier de Macron auprès du Président du Sénat et du Président de l'Assemblée Nationale), en organisant son statut de Première Dame Présidentielle, en l'abreuvant de conseils (qu'il boit goulument, lui qui ne s'en cache pas), en organisant sa communication (absente puis guère brillante). Bref, une Brigitte Macron omnipotente face aux amis de longue date que sont Sarkozy et Hollande (l'un et l'autre revendiquent la spiritualité de ce fils), chacun ayant, peu ou prou, insulté les français sans jamais se le reprocher. Ils ne gouvernent pas la France, ils la détruisent. Cela sera fait sans remords, ainsi que peut le ressentir un psychopathe comme Macron. Celui qui a écrit "Révolution" en laissant croire que j'avais inspiré dans le détail son livre. Un imposteur pour en faire un best seller dans le monde de la politique, de la divagation à l'état pure. Comment pourrais-je inspirer quelque chose dont on aurait pu me "voler" des idées ici où là, comme tant d'autres l'ont fait d'un esclave sous hypnose et menacé de mort.

Tout comme Sarkozy, Macron fait dans la dictature rampante en imposant aux français l'obligation de vacciner avec des vaccins mortels, en évitant le principe de précaution pour ne pas interdire les nanoparticules mortelles dans tout notre environnement. Car nous ne faisons pas partie du même monde : ceux qui ont les antidotes, celui de Macron (Sarkozy et Hollande), et les autres qui n'en ont pas.

6- Macron le tueur par ordonnance.

Vous verrez sans doute un lien avec ce qui est écrit juste au-dessus. Mais je fais aussi ici référence à ce que j'ai subi dès que j'ai eu entre les mains cette vidéo de YouTube, vidéo qui ne venait, pour moi, qu'en conclusion de tout ce que j'ai rédigé, tout ce que j'ai apporté comme preuves et comme témoins.

Le danger était que me revienne en mémoire sa supplication pour que je bénisse son couple. J'ai donc subi la torture durant toute une semaine. Au point qu'ils faisaient en sorte que je ne puisse plus manger, plus boire, plus parler sans réel symptôme d'une angine blanche couplée à une otite aigu, sans pour autant avoir l'amygdale gauche rougie (sans la droite). Les douleurs que j'ai subies étaient bien pires, au point que les agents de la DGSE aux ordres de Macron m'avaient programmé pour que je salive sans cesse, sans pouvoir avaler ou cracher dans les douleurs. Pire encore, ils réussirent à me faire saliver du fond de la gorge (quelque chose d’impossible), de sorte que je puisse m'étouffer. A deux reprises, je me suis retrouvé poussé à cracher continument de la salive sortant du fond de ma gorge. Je pensais être à la limite d'y passer, ne pouvant plus dormir de la nuit, avec des journées mêlées de ces douleurs horribles et d'autres (douleurs physiques sur tout le corps). Aucune fièvre, juste d'horribles douleurs. Avec pour point d'orgue la tentative de me liquider au gaz mortel par ma voisine de résidence, la blonde, encadrée par une super équipe d'agents de la DGSE dans la forêt de Vatable.

Tout cela était mêlé aux affres qu'avaient acceptées le mari de ma propriétaire et ma banque. L'un qui encaisse le chèque du loyer pour tenter de me relancer sans cesse en venant tambouriner à ma porte, moi qui était à moitié mort. L'autre qui m'interdit, au même moment, toute forme de virement bancaire en manipulant mes comptes sans qu'apparaisse le chèque encaissé du loyer et qui refuse délibérément de rétablir les virements sans exécuter mes ordres de clôture de compte. La BNP n'a pas de limite dans l'illégalité. Elle gère, de fait, mes comptes à ma place et envoie un bon "fuck" à la justice française. Reprenez l'article sur Bigard que j'ai partagé sur Facebook : le monopole de la viande française - tout comme le numéro un du lait - qui refuse de publier ses comptes et envoie paitre des députés réunis en commission d'enquête, sans qu'ils sanctionnent alors qu'ils en ont le pouvoir ! Mais cela est un autre débat.

 

Martial Messier

Commenter cet article