MACRON PARTIE 2 OU QUI ETAIT MACRON CANDIDAT.

Publié le par Orion56

MACRON PARTIE 2 OU QUI ETAIT MACRON CANDIDAT.
 
Voici la suite annoncée de la trilogie qui ne passe pas, pour la rédaction, par Google avec sa page sécurisée (https, curieux non, contre un http classique) ou par une page avec une extension encore inconnue (.gp, comme soudainement Digicel). J'ai bien évidemment communiqué des éléments à la presse (si cela leur est bien arrivé).
 
Je me suis bien gardé de regarder toute émission politique pour les dernières élections présidentielles, notamment pour ne pas être utilisé pour donner des conseils à l'un ou l'autre des candidats, ainsi que j'en fus malheureusement forcé pour l'élection de N. Sarkozy (et il a gagné mais pas la seconde fois puisque je ne pouvais rien suivre...)..
 
C'est bien malgré moi que j'ai eu un contact avec Macron candidat. C'était lors d'un appel téléphonique de celui qui était mon ami, JC Marouby, ancien cadre dirigeant de GDF, et dont l'enregistrement a été supprimé de mon téléphone portable. Cela dit, d'autres personnes bien placées ont eu copie de cet enregistrement (on ne sait jamais, sait-on s'il pouvait m'arriver quelque chose).
 
Cet appel a eu lieu peu après le premier tour de l'élection présidentielle et dont, je le rappelle, l'abstention a été conséquente. Ce que je veux dire par là est que si les différents candidats réussissaient à mobiliser leurs troupes, peut être que le résultat eut été légèrement différent.
 
C'est dans ce contexte que JCM me dit que Macron souhaitait me voir, qu'un jet privé m'attendait à l'aéroport de Martinique pour le rejoindre dans un lieu inconnu, manifestement à l'étranger. Il me dit ensuite que Macron souhaitait que je devienne Ministre de l'Economie et des Finances, moi pauvre ex-comptable (mais ancien Directeur de l'international puis Directeur Général Délégué de GDF, même subrepticement), vivant en Martinique et se faisant allègrement torturer. En clair, je ne pouvais que refuser l'invite qui n'émanait pas de Macron lui-même, d'autant que je précisais que JCM savait parfaitement que je n'avais aucune ambition politique, depuis mes premiers pas en entreprise.
 
J'ajoutais même que je ne savais pas moi-même comment régler les problèmes, notamment sur l'endettement incroyable de la France, qui ne pourra se résorber facilement et sur 5 ans, ainsi que le chômage (quoi que dans ce domaine il y a toujours quelque chose à faire). Je passe sur les détails (importants de notre discussion), lorsqu'il m'invita à regarder l'écran de mon téléphone. Je vis soudainement son visage - nous étions donc passé d'une conversation téléphonique à une visio-conférence - puis celui de Macron qui me dira : "Bonjour Messier". Je répondis donc : "Bonjour Macron". Cela commençait fort bien. Il s'éclipsa fort mécontent et JCM m'expliqua qu'il s'attendait à ce que je l'appelle M. le Président. J'en étais fort marri pour lui en demandant comment il pouvait être aussi sûr d'être élu Président. Je précisais aussi que, lorsqu'on me manque de respect, je n'ai pas à respecter l'autre quelles que soient ses responsabilités (ici, à venir).
 
Bref, Macron revint et me demanda des conseils que je ne voulais pas fournir parce que je n'avais pas suivi les débats mais, et surtout, parce que je ne connaissais pas les personnes dont il me parlait pour des nominations à des postes de ministres. J'eus l'occasion de dire après à JCM que, de toute façon, il y avait au moins un point où je n'étais pas d'accord, à savoir l'augmentation de la CSG pour des financements. Macron insista sur ses demandes de conseils, que j'étais en mal de donner, mais je me suis risqué à un nom pour le poste de premier Ministre (cela n'aura jamais été celui-là, d'autant qu'il avait déjà des noms précis de ministres en lieu et place de la proposition du Premier Ministre ), ainsi que sur l'évocation de l'écologie dans un programme.
 
Ce dernier point était pour moi incontournable dans une campagne présidentielle. Non seulement le programme était très loin d'être abouti mais Macron me confirma qu'il n'y avait aucun volet dans son programme en préparation. Cela avait l'air de le gêner profondément d'être obligé d'insérer de l'écologie dans son programme politique (cf. Facebook avec un précédent article sur N. Hulot s'éclipsant d'une réunion). Bref, il nous quitta alors que je m'efforçais de ne rien conseiller, si ce n'est la partie écologique.
 
La discussion s'ensuivie avec JCM, notamment sur le fait de l'utilisation potentielle des images subliminales pour faire gagner un camp (l'autre mais géré par la droite classique...) assurément, voire le contraire, ce qui aurait pu exister... D'autant qu'ayant subi les images subliminales avec des box trafiquées (orange et canal +), les fournisseurs pouvaient donner cet "avantage" à l'un des camps. Il m'expliqua qu'il ferait ou une enquête ou le nécessaire pour bloquer les images subliminales.
 
Nous continuions sur le volet terrorisme islamique. J'annonçai, un peu brutalement, que l'attentat horrible de Nice était un attentat organisé. Et oui ! Les premières images des journaux télévisés sont malheureusement ceux qu'il faut voir. En bref, l'armée était présente et avait conseillé la Police pour les blocages de la route, à savoir des deux côtés. Or, un seul côté avait été bloqué, non l'autre, alors que l'on a demandé aux militaires présents de partir. De plus, un film vidéo, heureusement présenté, montraient des policiers tirer timidement sur le côté avant droit du camion, côté passager, sans pouvoir l'arrêter. A aucun moment ils n'ont utilisé leurs radios pour prévenir les collègues qui se trouvaient plus loin. Ces derniers n'ont pu qu'essayer de mettre sur le bas coté les badauds présents. Aucun des premiers policiers n'a tenté de s'agriper à la portière pour tirer par la vitre, même en aveugle. Bref, un attentat organisé.
 
Il me dit alors qu'ils allaient enquêter pour ... avoir de nouvelles images télévisées, après une dite enquête, avec des policiers tirant, de très loin, sur la gauche du véhicule, le journaliste assurant que le véhicule avait été ralenti par un homme qui s'était accroché à la portière conducteur, homme que l'on ne vit jamais sur la vidéo. Vers la fin, j'évoquais le fait que Macron souhaitait finalement me faire chanter, ce qu'il confirma à demi-mot, notamment sur la manipulation des élections, ce dont je m'efforçais de prévenir pour la prévention ...
 
Je vous laisse juge, sur le candidat Macron, sur sa politique écologique (verra-t-elle le jour ? Rien n'est moins sûr), sur la politique du traitement des informations et sur le choix des Ministres, tous vérifiés, sur le papier du moins... Une petite chose. Macron me demanda s'il devait répondre aux questions des journalistes ? Je lui répondis par l'affirmative, sauf pour des questions non préparées ou très gênantes. Il avait déjà sa réponse : ne plus répondre. Il me demanda ensuite comment gérer la période de nomination des ministres, sachant qu'il souhaitait gérer le temps. Je lui proposais alors de parler d'être le "Maître du Temps", alors qu'il savait déjà ne pas pouvoir le prendre puisque je l'avais déjà utilisé pour me qualifier dans un article de mon blog (toute cette dernière partie a été supprimée dans Facebook) . Il choisira alors le fameux : "Maitre de l'horloge".
 
Je dois dire que je pourrais rentrer plus dans le détail des discussions avec JCM mais là n'est pas le propos. D'autant qu'un second appel de même nature, avec une autre personnalité que je ne connaissais pas, mais étrangère celle-là, s'est déroulée.
 
Alors M. Macron, toujours content de continuer la torture et l'annihilation.
 
nb : Un commentaire d'ajout même si je ne vois plus l'article dans le fil d'actualité sur Facebook. Lors de la journée spéciale à HEC il y a 10 ans, j'avais évoqué l'importance imminente de la protection de l'environnement, sous peine de perdre à tout jamais des milliers d'espèces, notamment sous-marines , berceau de l'homme. Une proposition : obtenir un accord engageant pour tous les pays, en remplacement des accords timides et non liants dits de Kyoto. Comme je suis français, la France devait être l'hôte des négociations. Cela a abouti sur ce qu'on a appelé ce jour là "Les accords de Paris". 500 témoins peuvent confirmer.
 
nb2 : Ce texte a disparu du fil d'actualité de Facebook. .. c'est-y pas sérieux là ? (J'en suis à la 3ème correction sur le texte complètement modifié au quotidien avec des fautes qui n'y étaient pas).
Cela étant, second commentaire qui ne faisait pas partie de la discussion vidéo / vocale avec Macron et JC Marouby.
J'ai suivi une émission politique sur CNews où les invités évoquaient le budget militaire amputé de 850 millions d'euros avec des missions, notamment à l'étranger, toujours plus importantes.... La démission du Chef d'Etat Major des armées était évoquée, en précisant son courage et sa vision.
L'un des invités était le conseiller militaire du candidat Macron. Il avoua que Macron avait envisagé à cette époque de remplacer tous les chefs de service ! Il ne manquait donc que le Chef d'Etat Major. Chose faite en demandant l'impossible, à savoir un budget amputé de 850 millions d'euros pour des missions toujours plus importantes. Son successeur ne pourra pas plus l'impossible mais Macron savait déjà qui cela serait. Tout simplement un général - sans doute deux étoiles - "éduqué " par Valls puis Cazeneuve au Ministère de l'intérieur. ..
Simple correspondant militaire, il aura gagné au moins 3 galons à ce poste...
Son seul fait d'arme est la reprise d'un pont. Il devrait pâlir des miens lorsqu'il les connaîtra.
 
En conclusion, une reprise en main de l'armée prévue de longue date par Macron. Il ne m'a pas demandé conseil sur ce point dans notre discussion. Peut être l'aurais-je dissuadé d'en faire son nouveau jouet (ou bras armé comme la DGSE).
 
MM

Publié dans Entre-Nous

Commenter cet article