VOTRE ARGENT M'INTERESSE : LA LOI QUI AUTORISE LE VOL DE VOS ECONOMIES.

Publié le par Orion56

VOTRE ARGENT M'INTERESSE : LA LOI QUI AUTORISE LE VOL DE VOS ECONOMIES.

Une directive européenne, transposée en droit français sous forme d'une loi applicable dès le 1er janvier 2018, vise clairement la France qui ne respecte aucun de ses engagements européens.

1. Une ordonnance française a été votée (non une loi), dans l'hypothèse où la France ne respecterait pas ses engagements européens, notamment budgétaire (le fameux 3% du PIB), permettant à l'Etat français de saisir les comptes bancaires jusqu'à 100 000 euros, ceux auparavant garantis par la loi française. La France se retrouve dans la même situation qu'ont connue la Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal et Chypre.

2. Le risque systémique bancaire a donc été déporté vers les contribuables et les déposants

3. Le défaut est qualifié en l'absence de respect des engagements budgétaires mais aussi si en cas de défaut d'une banque française, quelle qu'elle soit. En clair, si une banque devait faire faillite, l'Etat et l'Europe aurait dus recapitaliser la banque, ce qui ne  sera plus vraiment le cas avec, en priorité, la ponction sur les contribuables français et les épargnants.

4. Le fonds de garanti pour les défauts bancaires (faillite d'une banque) a été abondé à hauteur de 1 500 milliards d'euros, pour la zone Europe, mais de seulement 3 milliards d'euros pour la part française !

La France seule est clairement visée par cette directive européenne, transposée par une ordonnance de type 49.3 dont personne n'a parlée, car notre pays ne respecte pas ses engagements budgétaires depuis Sarkozy et qu'elle ne finance pas le fonds de garantie des dépôts bancaires. Non seulement nous payerions avec nos économies mais aussi en tant que contribuable fiscal, une double peine donc.

Les ruines économiques de la France, que j'ai déjà dénoncées dans un précédent article, sont à nos portes. Lors de l'entretien avec JC Marouby et Macron (supprimé de mon portable mais dont nous avons copie), j'avais dit que "je quitterais la France pour revenir marcher sur les ruines économiques de la France". On m'a demandé si c'était une vision que j'annonçais. J'ai dû répondre qu'il devait s'agir de la réalité économique.

C'est pourquoi je joins une autre vidéo datée de 2010, d'une émission de France 5 ("C'est à dire") que je n'ai pas pu voir, où Jacques Attali vendait son livre "Tous ruinés dans dix ans". On peut ne pas être d'accord sur les visions et solutions proposées par cet économiste mais il est clair que je partage le titre de son livre. Il évoquait alors la ruine que représentait la dette publique insurmontable de la France, dette qu'on ne pourrait jamais rembourser si le nécessaire n'était pas fait immédiatement (ie. en 2010). Cela n'a jamais été le cas, jusqu'à aujourd'hui. On nous dit, encore aujourd'hui, que la France est bien notée à tel point qu'elle n'a pas de problème pour emprunter sur les marchés internationaux. Jusqu'à quand et que se passera-t-il lorsque les taux d'emprunts s'envoleront pour faire s'envoler ne serait-ce que les intérêts de la dette à rembourser (ce qui n'est pas qu'une gageure compte-tenu des craintes outre-Atlantique) ? Sans doute d'autres Etats seront dans le même cas que la France, comme d'autres économies dites secondaires l'ont été en Europe, mais, si tel était le cas, nous nous retrouverions dans la situation argentine, une économie émergente : plus de liquidité pour les argentins et les entreprises, inflation galopante à deux chiffres, plus de toit pour s'abriter, plus de quoi s'acheter le minimum vital ...

Bref, une France remisée au fin fonds des classements internationaux  sur le risque pays, sans plus pouvoir emprunter sur les marchés financiers internationaux. L'argentine a mis plus de 10 ans à se sortir d'une telle situation, malgré certains rats de la Finance (deux fonds pourris, bien pourris ceux-là comparés aux autres). Je partage aussi sa comparaison sur le nombre d'années de recettes fiscales qu'il faudrait pour rembourser la dette - plus de 10 ans en les utilisant toutes, sans plus aucune retraite et sans aucun service public - par rapport au fameux "nombre d'années de PIB" qui n'est pas un indicateur de trésorerie (sans doute pour avoir évoqué la recherche d'un indicateur plus pertinent lors de la journée à HEC en 2007).

Déjà la France ne peut plus répondre à ses obligations européennes (budget et fonds de garantie). Où est donc passé l'argent ? Serait-ce celui qui finance les armées de la DGSE  ?

Voilà pourquoi Macron a imposé sa vision qui était de m'empêcher d'avoir accès aux vraies informations, qu'elles soient télévisées, journalistiques ou sur Internet. Voilà aussi pourquoi le New York Times, référence journalistique aux USA, a sonné le canon de la sanction : Macron n'apporte que le néant et est déjà un président français raté. Que diront tous les journalistes plus tard, lorsqu'ils seront sortis de leur léthargie, d'une sorte de gentlemen agreement ? Il est grand temps que l'information, la vraie, soit diffusée pour informer les français de ce qui se passe vraiment, de ce qui a été organisé depuis 30 ans.

Jamais je n'ai soutenu Sarkozy, malgré ce que j'ai été obligé de faire pour l'aider à emporter les élections présidentielles, jamais je n'ai soutenu Hollande et jamais je n'aurais ou n'ai soutenu Macron, contrairement à ce qu'il a fait croire à l'ensemble des acteurs économiques, politiques et bien d'autres ... Je ne serai jamais son esclave, comme d'autres avant, c'est pourquoi il n'a d'autre choix que de me faire tuer.

La vérité fait souvent mal mais elle est nécessaire pour pouvoir réagir, tant qu'il en est encore temps.

Martial Messier

 

Commenter cet article